Skip to content

The Dark Knight

21 août 2008

De Christopher Nolan. USA/2008.

darkknightposternew

Ok je vais la faire court, je n’attendais rien de spécial du nouveau Batman. Le reload de la franchise m’ayant assez motivé a l’époque avant qu’un re-visionnage tardif ne vienne modifier mon opinion et revoir l’opus de Nolan fortement a la baisse, j’étais donc plus que patient devant la perspective d’une suite faite par les mêmes auteurs, d’autant que le monstrueux succès de The Dark Night me rappelait celui du premier Batman de Burton et de l’amère déception qui avait suivit. J’y suis donc allé en traînant des pieds et j’ai halluciné… J’attendais tout de même un minimum d’un film de 2h20 affichant de tels ambitions, un nombre conséquent de personnages, d’enjeux dramatiques, donc de quelques chose de vraiment dense et j’ai halluciné (oui je sais je me répète). C’est assez incroyable de constater que Nolan, au lieu de corriger les erreurs du premier opus les a reproduites voir amplifiés. En s’imaginant sans doute que la construction d’un personnage et l’identification du spectateur a celui-ci ne peut se passer de conversations, Nolan nous gratifie d’un nombre incalculable de tunnels de dialogues tous plus lourdingues les uns que les autres, essentiellement composés de discours pompeux assez déments, autant dans les prétentions qu’ils affichent que dans leurs total inutilité, le tout embelli d’une philosophie de comptoir désarmante de naïveté dans le ridicule qu’elle affiche (« après les ténèbres de la nuit vient la lumière du jour » nan mais pitié quoi !) et de sous intrigues dont on se fout totalement.

Le tout passerais sans doute si Nolan n’était pas un réal aussi surestimé. Que les dialogue soit pour la plupart totalement golmons ne poseraient pas de problèmes en soit s’il étaient relevés d’une réal a la hauteur du truc, d’un gars qui sache poser des enjeux dramatiques en trois plans et un montage idoine, le problèmes c’est que non. Tout y est désespérément inutile. La direction d’acteur est a l’aune de cette partie verbeuse (qui dure près d’une heure quarante ) puisque tous y sont plats, inexistants. Et là je vais me faire pleins de copains puisque cela engage également Heath Ledger qui livre, dans cette partie, ce qui est certainement la pire interprétation de sa carrière. Tout aussi grave Bale semble inexistant et Caine, Oldman et Freeman sont enfermés dans des rôles de troisièmes couteaux (ou comment j’suis une grosse loose de scénariste qui n’arrive pas a donner un rôle potable ayant un semblant de consistance a des acteurs au talents hors norme) et on se fout complètement de Maggie Gyllenhaal et d’Aaron Eckhart. L’aspect réaliste, voir naturaliste entamé sur Batman Begins et développé sur The Dark Knight a une sale tendance a révéler ce que les personnages sont en réalité, des bonhommes en costumes (le Joker est une sorte de mélange entre un travelo en fin de partie et un toxico). Nolan, sans doute très intelligent et cultivé et tout ça, se croit obliger d’éloigner Batman de ces éléments principaux: l’obscurité, les ténèbres. Ces éléments qui font intégralement partie du perso, le définisse et font du justicier de Gotham un être quasi mythologiques. Ce sombre demi dieux vengeur se nourrissant de la peur qu’il inspire se voit ainsi transposé dans toute une série de scènes ubuesques de connerie (Batman de jour, Batman diurne, Batman en boite de nuit, ouais génial !) et dans le même style, un sort identique est réservé à la ville de Gotham qui est elle superbement ignorée. On a superposé au design foutraque du premier une ville ressemblant trait pour trait a New York. Bravo ! Nolan se croit également obligé de répéter ad nauseam les mêmes motifs visuels. En gros on a droit une dizaines de fois a des plans aériens de la silhouette de Batounet trônant au dessus des grattes ciels ou au Joker qui joue au gros méchants sur des mouvements de caméra centrifuge que n’aurait pas renier Lelouch (mais ou est Nicolle Croizille bon sang !). Et sans parler du coté « puissamment » réflexif sur l’Amérique post 11 Septembre qui ne semble être là que pour donner un fond a un vide qui n’en a pas et du statut de super héros qui n’est qu’a peine ébauché. Bref c’est une vrai cata, une incroyable déroute a laquelle j’ai assisté.

Maintenant ceci posé, The Dark Knight a évidemment des qualités. Au bout d’1h40 il se passe quelque chose, ENFIN le film de Nolan prend un peu d’ampleur. Le Joker devient enfin ce monstre psychotique, imprévisible et malsain promit (Ledger est juste monstrueux), un parasite, un virus dont le seul but semble être le plaisir de la destruction et de savourer la peur qu’elle engendre. Heckhart, d’habitude si fade, serait « presque » aussi effrayant que le Joker si une dimension pathétique ne venait pas se superposer au statut de super vilain de Double Face. Batman révèle sa vrai part d’ombre en torturant (mais pas trop quand même) un Joker sans défense et les multiples épreuves préparé par le cinglé au sourire si caractéristique réserve quelques sueurs froides qui m’ont quelques peu venger du lamentable spectacle décrit ci-dessus, pour faire court les personnages se définissent dans et par l’action et pas dans une ignoble Logorrhée. Le montage se resserre et coté Mannien revendiqué par Nolan ressort enfin, mais sans plus, disons que ça donne un petit plus qui ne fait cheveux dans la soupe. Mais c’est trop tard, le mal est fait. Même si ces dernières quarante dernières minutes valent effectivement le coup, elles laissent également un gout amère, celui du putain de film que The Dark Knight aurait du être si Nolan avait était moins prétentieux. Bref la prochaine fois si on pouvait remplacer Nolan par quelqu’un d’autre (David Twohy par exemple mais là faut pas rêver non plus) ou si Nolan pouvait juste arrêter de pêter plus haut que son cul, faire preuve d’humilité et se mettre a son niveau. Celui d’un honnête réalisateur quand même capable de faire des bons films, tout simplement.

No comments yet

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :