Skip to content

Terreur Aveugle

9 mars 2008

see_no_evil

Blind Terror/See no Evil de Richard Fleischer. Angleterre/1971.

Encore aujourd’hui Richard Fleischer fait l’objet d’un oubli assez hallucinant de la part de critiques qui ont du penser, et continue a le faire, que les succès artistiques et commerciaux de 20 000 lieus sous les mers, les Vikings, Soleil Vert, 10 Rillington Place ou l’Énigme du Chicago Express furent le fruit d’un pur hasard et non l’œuvre d’un brillant technicien entièrement dévoué a la cause de l’histoire racontée et qui eût sans doute comme seul tord de faire preuve d’un excès de modestie. Ce qui lui value, de la part des aimables ayatollahs du bon goût qui sévisse encore dans notre belle contrée, l’attribution de l’infamante classification de « yes men » …Un peu comme si l’on casait Brett Ratner et John McTiernan dans le même panier. Classification insultante et injuste pour un réalisateur qui a souvent brillé dans les multiples genres qu’il visita durant sa longue carrière. Péplum, Western, aventure, policier ou, dans le cas de Terreur Aveugle, le thriller.

Suite a un accident de cheval Sarah rentre chez elle, une maison isolé où vivent également ces parents. Sortie avec son fiancée elle rentre chez ces parents, partie pour une soirée chez des amis croit elle, et trouve la maison vide. Entre temps un tueur un série les a tous exterminés et a dispersé leurs cadavres dans toute la maison mais Sarah ne peut les voir car son accident l’as rendu aveugle. C’est donc sur un scénario extrêmement mince de Brian Clemens (que l’on a connu plus inspiré sur Chapeau Melon et Bottes de cuir, Dr Jeckyll & Sister Hyde, également réalisateur de Capitaine Kronos tueur de Vampires) que Fleischer va construire un film que l’on peut classer dans la catégorie de l’exercice de style. La particularité du film étant de ne jamais montrer le visage du tueur*, sa présence a l’écran étant identifié par une paire de bottes rouges qu’il porte constamment, Fleischer va bâtir son projet de mise en scène sur cette singularité scénaristique. Afin de donner de la présence au tueur, Fleischer et son chef opérateur Gerry Fischer décide de filmer au ras du sol, ce dernier fabrique un système permettant non seulement de poser l’objectif au sol mais également de produire d’amples mouvements de caméra.

Loin d’être un simple gadget, cette idée en mise en scène identifie au yeux du public la présence du tueur, même et surtout quand celui-ci n’est pas a l’écran. Les scènes ou Mia Farrow se promène en passant a coté des corps sont a ce titre exemplaires. Commençant une grande partie de ces plans au sol, Fleischer opte pour une focal courte et l’utilisation de plans obliques, ce faisant il augmente la sensation de danger, d’isolement et crée une atmosphère d’angoisse et d’incertitude sur la présence du tueur tout en dispensant quelques éléments (le verre brisé, le cadavre du père dans la baignoire) qui auront leurs importances plus tard. Fleischer joue également sur l’opposition entre le lieu et l’événement en filmant une campagne anglaise en apparence tranquille mais pourtant parasité par la présence du tueur, comme cette douille de fusil de chasse ballotté par une petite brise sur le sol du jardin. On peut noter que Fleischer préfère l’effet subjectif du hors champs a la démonstration. Le massacre de la famille n’est que suggéré, tout comme la découverte du corps dans la baignoire. Si Terreur Aveugle peut éventuellement s’inscrire dans la lignée des films criminels de Fleischer mettant en scène des tueurs en série mais vu cette fois du coté de la victime, il ne peut prétendre égaler la puissance d’un 10 Rillington Place ou d’un Étrangleur de Boston, faute a un scénario bien trop léger. Mais il demeure que Terreur Aveugle reste un excellent suspense, porté de bout en bout par l’interprétation de la fragile Mia Farrow, et une pure leçon de mise en scène.

* jusqu’au climax final ou son identité est révélé.

No comments yet

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :