Aller au contenu principal

le Cid

8 avril 2011

El Cid

d’Anthony Mann. USA/Angleterre/Italie. 1961.

Vision romanesque de la vie pleine de combats, de passions et de fureur de Rodrigo Diaz de Bivare, Le Cid s’impose toujours aujourd’hui comme un des plus grands films épiques jamais réalisé. Fasciné par l’Espagne et ces somptueux paysages, c’est Anthony Mann qui soumit le projet d’un film épique s’y déroulant a Samuel Bronston, producteur spécialisé dans la production king size (Le Roi des rois, La chute de l’empire romain, les 55 jours de Pékin et heu… Fort Saganne), qui accepta de financer le faramineux projet. Situé au XIe siècle, en pleine guerre opposant chrétiens et maures, Mann expose très rapidement les différents axes qui serviront de leviers narratif; amitié du Cid avec les rois maures, relation conflictuel avec la royauté espagnole, menace des hordes du terrible Ben Youssouf et les amours contrariés avec la belle Chimène. Ce qu’il y a d’admirable chez Mann c’est l’économie de scènes qu’il utilise a l’introduction de ces thématiques, une présentant Ben Youssouf et deux autres El Cid, ce qu’il est – le pur représentant d’un esprit chevaleresque dans toute sa noblesse – et ce qu’il est appelé a devenir – un espoir pour les peuples d’Espagne devant la barbarie d’un obscurantisme médiéval. Si la fonction christique du Cid évoqué par le billet du symbolisme du chemin de croix (littéralement) demeure présente, cette image n’est finalement destiné qu’a accentué la solitude d’un homme emporté par le souffle de l’histoire vers son destin, emprisonné dans son rôle de leader, au détriment de sa passion pour Chimène. Un destin qu’il porte comme le fardeau d’une croix percé de flèches, présage de son avenir et de sa fin.

Film mélancolique au romantisme flamboyant, Le Cid est l’œuvre d’un Anthony Mann au sommet de son art, de sa maitrise du cadre et d’une narration visuelle époustouflante, délivrant toute une série de tableaux d’une puissance évocatrice sans pareil, magnifiant un Charlton Heston suintant de noblesse, d’abnégation, de courage, une Sophia Loren sublime en Chimène torturée entre sa pulsion vengeresse et son amour constamment contrarié par les évènements. Mais au delà de l’antagonisme/attirance de Cid et Chimène, cœur même du récit, Le Cid est blindé de "seconds" rôles qui auraient chacun mérités un long métrage; les infants au relations conflictuelles et troubles, le roi maure Moutamin défiant la haine séculaire hérité de siècle de conflits (superbe Douglas Wilmer) ou le comte Ordonez, traitre puis allié du Cid par amour pour Chimène (superbe Ralf Vallone). Des personnages complexes typique du cinéma d’Anthony Mann, déchirés par de nombreux conflits intérieurs, au service d’un récit puissant porté par le lyrisme du score MONSTRUEUX de Miklos Rozna, illuminé par la photo de Milton Krasker dont la patine supra-classieuse enveloppe d’un écrin chatoyant de magnifiques décors. Une œuvre gigantesque qui culmine avec une scène finale grandiose, ou l’homme transcende sa propre mort, devient une idée et rejoint l’histoire, la légende. Bref ce film est une grosse merde, ne l’achetez pas et préférez lui 300 (un vrai flim de mecs qui en ont une vraie paire solidement riveté dans le calcif).

2 Commentaires leave one →
  1. 10 avril 2011 21:40

    Bonsoir, je découvre votre site via le long article sur les Dracula de la Hammer. je partage votre enthousiasme pour ce film et la magnifique musique de Rozsa et votre phrase de conclusion me rempli de joie :) C’était une autre époque.

  2. ygrael permalien*
    11 avril 2011 11:17

    Bonjour, j’espère que l’article sur les Dracula n’a pas été trop pénible a lire ^_^

    Au cas ou cela pourrait vous intéresser, le score de Rozna est sorti dans une édition 3 CD comprenant l’intégralité de la musique du Cid, joué par le City of Prague Philharmonic Orchestra et dirigé par Nic Raine. Autant dire que, si vous ne l’avez pas déjà, c’est un achat que l’on peut catégoriser comme indispensable !

    Sinon merci de m’avoir linké sur votre excellent blog que j’ai découvert grâce a votre message, je vous rend la pareil et vous souhaite une bonne journée.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Suivre

Recevez les nouvelles publications par mail.

%d bloggers like this: